Penser mondialement, agir localement.

Les municipalités sont la clé de l’atteinte de nos objectifs en matière de changements climatiques.

Lisa Stilborn est la vice-présidente de l’Association canadienne des carburants en Ontario.

La Déclaration de Vancouver sur la croissance propre et les changements climatiques de mars 2016 marque une nouvelle ère de collaboration entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Or, le communiqué des premiers ministres concernant la Déclaration ne faisait aucune mention des villes canadiennes.

Près de 60 % des Canadiens vivent dans de grands centres urbains, et plus de 15 millions de personnes vivent dans les cinq plus grandes villes du pays. Les activités du secteur du bâtiment et des transports, qui se concentrent dans les zones urbaines, représentent le tiers des émissions totales du Canada. Il est donc évident que les administrations municipales ont un rôle majeur à jouer dans la réduction des émissions, non seulement comme partenaires des autres paliers de gouvernement, mais comme leaders d’au moins deux secteurs d’intervention privilégiés, qui sont de compétence municipale.

1. Augmenter la densité urbaine
Amener la population des banlieues à s’installer au cœur de nos villes nous aiderait à réduire le nombre de voitures sur les routes et à augmenter les déplacements à pied, à vélo et en transports en commun. Les investissements fédéraux et provinciaux dans les transports en commun sont importants, mais nous avons besoin que les conseils municipaux adoptent de nouveaux règlements de zonage et plans d’aménagement du territoire afin de promouvoir une croissance intelligente et de favoriser des développements à haute densité polyvalents et axés sur les transports en commun.

2. Stimuler l’efficacité énergétique dans les bâtiments et les maisons
Les provinces sont conscientes du rôle majeur des municipalités dans ce domaine. Le récent Plan d’action de l’Ontario contre le changement climatique plaide pour la rénovation énergétique gratuite des maisons et des immeubles d’appartements, de même que pour la modification du Code du bâtiment de l’Ontario afin d’instaurer des cibles à long terme en matière d’efficacité énergétique. Les municipalités et les centrales électriques locales joueront un rôle crucial dans la réalisation de ces objectifs, notamment en adoptant des normes plus strictes en matière d’émissions de carbone pour les nouveaux bâtiments et en installant des technologies d’économie d’énergie dans les maisons.
 

Valoriser la participation citoyenne

Nous avons tendance à résister au changement. En cas de retombées réelles ou perçues sur notre qualité de vie ou la valeur de notre propriété, nous avons tendance à résister encore davantage. Malgré tout, on observe une volonté croissante, quoique toujours timide, chez les Canadiens à apporter les changements nécessaires à leur mode de vie pour renverser les effets des changements climatiques. Nous acceptons tranquillement que nous devons faire partie de la solution.

Avec le changement climatique, adversité et opportunité convergent. C’est sans conteste les municipalités canadiennes qui sont les plus efficaces et les plus influentes en la matière. Il est aisé d’imaginer que le leadership soutenu des conseils municipaux puisse favoriser la participation des citoyens et l’obtention du soutien nécessaire pour réduire notre empreinte de carbone nationale.