Concilier les coûts et les avantages des biocarburants

juil. 09, 2015   | Catégories: Biocarburants, Énergie, Énergie renouvelable
Lorsque les biocarburants ont fait leur apparition sur le marché des carburants de transport, les gouvernements et les conducteurs entretenaient l’espoir que cette nouvelle source d’énergie réduirait les émissions dues aux automobiles.

Il est certain que les biocarburants ont le potentiel de réduire les émissions de GES, mais l’évaluation de leur incidence environnementale s’est avérée être une question complexe, en raison des nombreuses variables qui entrent en jeu du gisement à la pompe. Nous avons examiné ce sujet dans notre rapport Carburants pour la vie, qui contient un dialogue éclairé sur les carburants à base de pétrole et les produits de remplacement. En plus d’une évaluation du cycle de vie des impacts environnementaux des biocarburants, on devrait également tenir compte dans l’analyse de leur utilité des coûts et des incidences financières pour se faire une image exacte de leurs avantages et de leurs limites.
 

Coût plus élevé, énergie moindre

Les conducteurs paient plus cher à la pompe en raison de l’addition d’éthanol à l’essence. Dans un récent rapport publié par le Manhattan Institute, un groupe de réflexion américain, on notait que l’éthanol de maïs est un produit de remplacement de l’essence coûteux qui fait augmenter de 10 milliards de dollars par année le coût du carburant pour les automobilistes américains.

Ce coût additionnel s’explique en partie par la densité énergétique moindre de l’éthanol par rapport à l’essence. L’éthanol contient seulement 76 000 BTU (unités de valeur calorifique) d’énergie par gallon, alors que l’essence en contient 114 000.

En d’autres termes, un litre d’éthanol contient environ deux tiers de l’énergie d’un litre d’essence. Autrement dit, les conducteurs doivent utiliser 1,5 litre d’éthanol pour obtenir la même quantité d’énergie que celle fournie par un litre d’essence.  Cela signifie que les conducteurs qui utilisent de l’essence-éthanol doivent faire le plein plus souvent que s’ils utilisaient de l’essence ordinaire.

Aux États-Unis, où le mélange le plus courant est le « E10 » (10 pour cent d’éthanol et 90 pour cent d’essence), le mélange essence-éthanol provoque une réduction d’efficacité de trois à quatre pour cent. Plus la présence d’éthanol dans le mélange est grande, plus la perte d’efficacité est prononcée et plus le coût augmente.

Dans l’ensemble, le Manhattan Institute établit le prix de l’éthanol à 2,4 fois celui de l’essence.

Au Canada, les exigences relatives aux biocarburants imposent des mélanges contenant entre 5 et 8,5 pour cent d’éthanol, selon la province où l’on fait l’achat du carburant. En plus du coût à la pompe additionnel résultant de l’usage de l’éthanol, une étude effectuée en 2014 par l’Institut Macdonald-Laurier a permis de constater que le coût pour les Canadiens des programmes de soutien des biocarburants variait entre 3,00 $ et 3,50 $ pour chaque dollar d’avantages sociaux et environnementaux.

On peut certes espérer que l’usage des biocarburants entraînera certains avantages du point de vue de l’environnement, mais il demeure important d’évaluer attentivement les compromis, notamment l’augmentation des coûts de carburant, le rendement environnemental variable et l’incidence du changement de l’utilisation des terres.

Pour en apprendre plus sur les économies d’énergie et l’efficacité énergétique, consultez nos articles relatifs à l’amélioration de la technologie des moteurs et à la manière dont l’essence qui alimente nos voitures devient plus écologique.
Publications récentes
juil. 28, 2020
Il est particulièrement difficile de faire des prédictions en ces temps incertains, mais il demeure essentiel de mettre les meilleurs esprits au défi de le faire. L'Association canadienne des carburants est heureuse de jouer un rôle dans toutes les discussions liées à un avenir sobre en carbone. David Schick, notre vice-président - Ouest canadien, a récemment animé un panel en ligne qui a réuni des experts avec des perspectives sur l'avenir du transport longue distance à faible émission de carbone.
mai 14, 2020
Au cours des deux derniers mois, l’industrie canadienne des carburants de transport a démontré sa valeur ainsi que sa force et sa résilience.  Notre dernier blogue explique comment les raffineries canadiennes réagissent à ce changement sans précédent du marché et des conditions d'exploitation.