Opinions

Juillet 2016

Peter Boag 
Président-directeur général, Association canadienne des carburants

 

DÉCLARATION DE VANCOUVER

Le signal de départ est le même pour tous


En mars dernier, nos dirigeants provinciaux et fédéraux et notre premier ministre ont convenu de collaborer à l'élaboration d'un cadre pancanadien en matière de croissance propre et de changement climatique. La réduction des émissions de carbone nécessitera à la fois un leadership avisé et un plan solide qui permettra de maintenir une économie saine tout en diminuant les émissions de carbone. Pour relever ce défi ambitieux, il faudra adopter un calendrier de transition approprié. Tout plan de transformation énergétique réussi devra aussi refléter l'importance continue des carburants à base de pétrole en tant que catalyseurs décisifs de cette transition. Nous ne pourrons effectuer une transition économiquement durable vers un avenir sans carbone que si nous perturbons les principaux catalyseurs économiques tels que notre capacité de déplacer les gens et les biens de manière efficace, efficiente et abordable. 

Le leadership n'est pas réservé aux politiciens. L'industrie doit faire preuve de leadership, tout comme d'ailleurs tous les Canadiens et Canadiennes. Puisqu'ils produisent et distribuent actuellement presque tous les produits pétroliers qui servent au transport, nos membres réfléchissent beaucoup aux mesures intelligentes à prendre pour réduire le bilan carbone du transport. 

Le secret réside dans la tarification du carbone. Un mécanisme de tarification du carbone bien conçu, uniforme et prévisible reste pour tous les secteurs, y compris le transport, l'option la plus efficace et efficiente pour réduire les émissions de GES. Un tel mécanisme permet aux options en matière de carburants et de technologies de rivaliser sur un pied d'égalité, afin de trouver les solutions d'atténuation les plus économiques. C'est du moins l'opinion de la Commission de l'écofiscalité du Canada. Nous saluons l'engagement du gouvernement fédéral à l'égard d'une approche pancanadienne en ce qui concerne la tarification du carbone. 

Outre la tarification du carbone, plusieurs voies s'annoncent prometteuses en ce qui concerne la réduction des émissions par le secteur du transport. 

Pleins feux sur le rendement du carburant et les véhicules conventionnels – L'amélioration du rendement du carburant utilisé par les véhicules fabriqués selon les technologies classiques constitue le moyen le plus efficace de réduire les émissions de GES liées au transport. Selon des chercheurs aux États-Unis, l'utilisation de technologies de pointe existantes pourrait permettre d'atteindre un rendement inférieur à 3,5 litres au 100 kilomètres d'ici 2050. Comme les conducteurs peuvent aussi faire leur part, nous commanditons le Smart Drive Challenge, un programme novateur de sensibilisation des consommateurs qui montre aux conducteurs comment réduire leur consommation de carburant. 

Examen méticuleux du rôle des véhicules ne fonctionnant pas à l'essence et des carburants de remplacement Les véhicules ne fonctionnant pas à l'essence comportent leurs points forts et leurs faiblesses. Pour mieux en évaluer les avantages et les coûts, ainsi que les calendriers de transition, il faut examiner soigneusement et comprendre le degré d'acceptation par les consommateurs, les taux de roulement dans les parcs de véhicules et les besoins en infrastructure de ravitaillement.

Accent sur le transport de marchandises – Le transport routier de marchandises constitue la plus importante source d'émissions de GES. Les nouvelles technologies de fabrication des véhicules, les transferts modaux et l'amélioration des pratiques opérationnelles constituent des moyens efficaces de réduire les émissions liées au transport des marchandises. 

Diminution de la demande de transport – Cette diminution ne se fera pas du jour au lendemain, mais un examen de nos lieux d'habitation et de travail, de la façon dont sont conçues nos collectivités et de la manière dont nous nous déplaçons, ainsi que des investissements intelligents dans une infrastructure de transport à haute densité peuvent, à long terme, réduire les émissions de GES.

Recherche du juste équilibre – L'atteinte par le Canada de ses objectifs en matière de réduction des émissions passe par un examen approfondi de toutes ces options à la lumière d'échéanciers raisonnablement atteignables. Un système de transport économiquement viable, écologiquement durable et socialement réalisable est un objectif dont l'atteinte demandera de la patience et de la persévérance. C'est un marathon, et non un sprint, et le signal de départ est le même pour tous.