Vous profiterez bientôt d'une essence plus propre

avr. 09, 2015   | Catégories: Énergie, Environnement, Raffineries
Cleaner Gasoline
Les conducteurs canadiens ont accès à certains des carburants les plus propres au monde. Dans deux ans, ils le seront encore davantage.

À compter de 2017, la concentration de soufre de l'essence sera réduite à « pratiquement zéro », dit Don Monroe, directeur des carburants de Suncor, soutien technique. Suncor est membre de l'Association canadienne des carburants.

Dans l'article de la semaine dernière, nous avons abordé la façon dont les spécialistes de l'Association canadienne des carburants recueillent des renseignements pour informer le grand public en matière de carburants. Cette semaine, nous vous parlons d'émissions.

Les raffineries sur toute l'étendue du pays sont en train de moderniser leurs installations pour se conformer au nouveau Règlement sur le soufre dans l'essence, qui exige que la concentration de soufre soit réduite de 30 à 10 parties par million.

« La réduction de la concentration de soufre vise principalement à favoriser la création de la prochaine génération de véhicules légers. 

« Les émissions des véhicules d'aujourd'hui sont inférieures de 98 % à celles des véhicules fabriqués en 1975. L'essence à faible teneur en soufre permettra aux constructeurs automobiles de concevoir des moteurs qui réduiront à presque rien les deux pour cent restants. »
 

Consommation améliorée

La nouvelle règlementation sera liée à un nouveau règlement en matière de consommation de carburant, généralement appelé les normes CAFE, s'appliquant aux véhicules fabriqués entre 2016 et 2026, explique Munroe. 

Ces nouveaux véhicules plus efficaces permettront aux conducteurs de presque diviser par deux leur consommation d'essence. De surcroît, l'essence à faible teneur en soufre permettra de diminuer les émissions des véhicules fabriqués après 2004, ajoute Munroe.

La réduction de la concentration de soufre a commencé dans les années 1990, lorsque les raffineries ont redoublé d'efforts pour supprimer le soufre naturel contenu dans le pétrole. La technologie s'est améliorée au point où il est maintenant possible de se débarrasser des dernières traces de soufre.

« Le problème est causé par la petite quantité de soufre qui est liée aux molécules composant l'essence, poursuit Munroe. 

« Pour l'enlever totalement, l'essence doit être traitée pour que le souffre soit extrait et remplacé par un atome d'azote, explique-t-il.

« Voilà pour la leçon de chimie, alors vous pouvez continuer à lire », ajoute Munroe en riant.
 

Les raffineries canadiennes à l'avant-garde des carburants propres 

Toutes les raffineries canadiennes devront disposer d'installations de traitement pour extraire le soufre. Certaines devront les bâtir, d'autres pourront modifier leurs installations existantes.

La réduction du soufre dans l'essence est en cours partout dans le monde, selon un calendrier différent, dit Munroe. Le Canada et les États-Unis ont adopté une approche harmonisée, tant pour la réduction de la teneur en soufre que pour la mise en œuvre des nouveaux règlements, dont l'adoption devrait être intégrale d'ici 2020.

« La bonne nouvelle est que nous avons une longueur d'avance car la concentration de soufre moyenne de l'essence traitée dans les raffineries canadiennes est inférieure de 33 % à celle de l'essence provenant des raffineries américaines », ajoute Munroe.

Cela signifie que les carburants canadiens seront non seulement plus propres, mais aussi plus efficaces d'ici quelques années.
Publications récentes
janv. 14, 2020
Ceci est le premier texte d’une série explorant les mythes courants sur les carburants de raffinage et de transport. Dans cette entrée, clarifions les mythes sur l'impact environnemental des carburants à base de pétrole et du raffinage.

Mythe: L'essence et le diesel sont des souces d’énergie “sales”.
En réalité: Les carburants font l'objet de constantes améliorations, grâce à la recherche et l'innovation. Les carburants de transport sont constamment développés pour être plus denses en énergie et plus efficaces et ils deviennent également plus propres.
sept. 19, 2019
Shell s’est engagée à réduire l’intensité de ses émissions et s’efforce en continu d’améliorer l’efficacité énergétique de ses installations. En 2015, Shell et ses partenaires ont inauguré le projet Quest de captage et de stockage du carbone (CSC) en Alberta, une initiative qui vise à réduire les effets du réchauffement climatique. Plus tôt cette année, le projet Quest a franchi une étape importante, marquée par l’annonce du captage et du stockage sécuritaire de quatre millions de tonnes de CO2, en avance sur le calendrier et à un coût moindre que prévu.
 
Dans le présent article, nous allons traiter du projet Quest et d’autres projets de CSC de Shell qui ont pour but de faire appel à une combinaison de technologies en vue de capter et de stocker le dioxyde de carbone à de grandes profondeurs afin d’en prévenir le rejet dans l’atmosphère.
 
Lors d’une récente entrevue, nous nous sommes entretenus avec Stephen Velthuizen, conseiller en relations extérieures, pour obtenir des nouvelles de Quest et en apprendre plus à propos des autres initiatives de Shell.