Qui contrôle les stations-service et le prix de l’essence? La réponse pourrait vous surprendre!

Il fut un temps où la plupart des stations-service étaient propriété des raffineurs de pétrole, ceux qui produisent le carburant de votre véhicule.

Ce n’est plus le cas depuis plusieurs années et la tendance menant vers des détaillants d’essence et de diesel indépendants devient de plus en plus forte.

En fait, selon le 2015 National Retail Petroleum Site Census (Recensement national de 2015 des points de vente au détail du secteur pétrolier), une recherche publiée par le Kent Group Ltd, seulement 19 % des stations-service sont actuellement la propriété de raffineurs, une baisse de 32 % en comparaison des données de 2004. Ces données signifient en outre que 81 % des établissements sont indépendants et qu’ils contrôlent les prix de l’essence.

Ces « indépendants » font partie de 71 différents groupes de détaillants, petits et grands, y compris un certain nombre de chaînes d’épicerie et de commerces à grande surface. Dans ces groupes, quelque 5 900 exploitants de points de vente indépendants et entreprises de distribution vendent 97 marques de carburants différentes.

« Les stations-service sont de plus en plus indépendantes des raffineurs et plusieurs se tournent vers un modèle où le détaillant détient et exploite sa station de manière indépendante, ce qui les rend en outre responsables de déterminer le prix de vente à la pompe », dit Jason Parent, vice-président des services-conseils chez le groupe Kent.

La séparation entre les raffineurs de pétrole et les détaillants de carburant a provoqué « l’apparition d’une grande diversité dans les systèmes de contrôle des prix pour la plupart des marchés à travers le Canada », affirme M. Parent.

« Cette situation se traduit souvent par une grande variété de stratégies d’établissement des prix chez les joueurs du marché, ce qui peut créer une pression à la baisse sur les marges. »

M. Parent affirme en outre que la technologie a aussi un rôle à jouer dans ces changements puisque celle-ci transforme les consommateurs en acheteurs éclairés.

« Ils peuvent obtenir les prix de vente station par station en utilisant différentes ressources en ligne, ce qui vient augmenter la concurrence entre les détaillants du marché. »

Le nombre de stations-service est en déclin

 
Le nombre des stations-service est en déclin à long terme, une situation en partie provoquée par les pressions que subit le marché.

À la fin de l’année dernière, le Canada comptait 11 916 stations-service au détail, soit environ 3,3 points de détail pour 10 000 personnes. Il s’agissait d’une première (légère) augmentation dans le nombre de stations-service depuis 2005, un nombre qui a fondu de près de 20 % au cours de la dernière décennie.

Plusieurs raisons expliquent ce changement de direction pour ce secteur de détail. L’une d’entre elles est la marge brute plutôt basse sur l’essence qui force les détaillants à offrir d’autres services aux consommateurs. Une station qui offre uniquement de l’essence devient un vestige du passé.

« La création de revenus par la porte arrière (d’autres services comme les lave-autos et les dépanneurs) devient un facteur de plus en plus important pour la viabilité des stations-service qui vendent du carburant au détail. Les distributeurs et les exploitants indépendants qui portent une attention réelle aux services connexes possèdent donc un net avantage dans le marché », déclare M. Parent.

Découvrez qui pompe votre essence et apprenez-en plus au sujet du prix de l’essence au Canada en consultant nos blogues précédents.
 
Publications récentes
mai 14, 2020
Au cours des deux derniers mois, l’industrie canadienne des carburants de transport a démontré sa valeur ainsi que sa force et sa résilience.  Notre dernier blogue explique comment les raffineries canadiennes réagissent à ce changement sans précédent du marché et des conditions d'exploitation.
févr. 13, 2020
Ceci est le troisième d’une série d’articles explorant les mythes courants sur les carburants de raffinage et de transport. Dans cette entrée, abordons quelques idées fausses sur la performance environnementale du moteur à combustion interne.

Mythe : Le moteur à combustion interne (MCI) est doté d’une technologie dépassée et n’a plus rien à offrir en matière d’efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées au transport.
En réalité: Le MCI est porteur d’un immense potentiel pour aider à réduire davantage ces émissions.