Cinq années d’élaboration : un arrêt mécanique complet de la raffinerie de Burnaby

Lorsqu’une raffinerie fournit un quart de toute l’essence et de tout le diesel utilisés en Colombie-Britannique, l’arrêt à des fins d’entretien doit être préparé avec le plus grand soin. Il a fallu cinq ans de planification à la raffinerie de Burnaby, propriété de Parkland, pour entreprendre cette réalisation majeure. 

Les raffineries comme celle-là fonctionnent 24 heures sur 24. Elles transforment sans interruption du pétrole brut en carburants de transport pour permettre aux Canadiens de se déplacer en tout temps.

Les raffineries ont toutefois besoin de vérifications périodiques pour en assurer le fonctionnement sans accroc. Normalement on effectue ces vérifications, ou « arrêts planifiés » comme on les appelle dans l’industrie, de manière régulière pendant que la raffinerie est en cours d’exploitation. Diverses unités sont mises à l’arrêt et remises en service conformément à un calendrier bien établi.

Toutefois, dans le cas de la raffinerie de Burnaby, il était temps de procéder à un examen complet sur une échelle sans précédent. 

Parkland Refining (B.C.) Ltd., une filiale de Parkland Fuel Corporation, a récemment fait l’achat d’installations de Chevron en C.-B., dont la raffinerie de Burnaby et 129 stations-service. On a procédé à la fermeture de la raffinerie au début de février dans le cadre de ce plan de modernisation à long terme. 

« Nous devons accéder à l’équipement et l’inspecter à des intervalles réguliers afin de nous assurer d’avoir en place une bonne stratégie de fiabilité de l’équipement et d’effectuer les réparations appropriées pour assurer un fonctionnement prévisible entre les arrêts planifiés », a expliqué Gord Bruce, chef de l’équipe de modernisation et gestionnaire d’événements chez Parkland.

À des intervalles de quelques années, la compagnie met à l’arrêt différentes unités de l’usine pour des inspections internes, conformément aux exigences du code provincial et aux stratégies relatives à l’équipement, a dit M. Bruce.

« En cours normal d’exploitation, l’usine est toujours en marche et c’est pourquoi nous devons profiter du temps d’immobilisation associé avec un arrêt planifié pour ouvrir l’équipement et en inspecter l’intérieur. Nous mettons en œuvre un éventail de techniques d’inspection minutieuses afin de nous assurer que nos données métallurgiques* sont adéquates et que toutes les réparations prévues sont conformes avec nos constatations, a indiqué M. Bruce. Nous réparons ce que nous devons réparer, nous modernisons ce que nous pouvons, obtenons des données adéquates pour déterminer des projets de remplacement de l’équipement pour le prochain arrêt planifié, puis nous remettons l’usine en marche. »

Cette récente modernisation a été la plus importante de l’histoire de la raffinerie de Burnaby du fait qu’elle impliquait un arrêt total des activités de la raffinerie. 

« Nous avons remplacé nos cheminées torchères et une bonne partie de notre tuyauterie de surpression. Le système de brûlage et de décharge est notre dispositif de protection et nous ne pouvons y accéder que lorsque tout le reste est à l’arrêt, complètement nettoyé et désinventorié », a déclaré M. Bruce. 

Pendant la réfection, Parkland a dû assurer l’approvisionnement en carburant de ses points de vente.

« Notre approvisionnement pendant la modernisation a consisté en une combinaison de stock que nous avions accumulé et de stock en provenance de tierces parties, a poursuivi M. Bruce. Nous avons été en mesure d’assurer le fonctionnement normal de nos stations-service. »

« Personne ne manquait d’essence. C’était un engagement critique envers nos clients. Nous avons été en mesure de prévenir toute pénurie potentielle qui aurait pu résulter de cet arrêt planifié. »

Étant donné que la modernisation avait été planifiée pendant cinq ans, la compagnie s’était préparée pour toute éventualité. 

La raffinerie est un élément important du système en C.-B., fournissant environ un quart de l’essence et du diesel consommés dans la province.


La sécurité avant tout pour un projet de grande envergure


Pour cet arrêt multidisciplinaire, on a fait appel à « pratiquement tous les corps de métier qui existent : chaudronniers, tuyauteurs, électriciens, techniciens en instrumentation, spécialistes en isolation, mécaniciens-monteurs, et j’en passe », a indiqué M. Bruce.

« Nous planifions chaque heure de chaque journée de chacun de ces travailleurs dans notre système de mise à l’horaire afin que tous demeurent productifs sur le terrain. Un travailleur en sécurité est plus susceptible d’être un travailleur productif. De point de vue d’un arrêt planifié, nous mettons l’accent sur du travail effectué de manière sécuritaire et efficace. »

Conformément à la mise en pratique de valeurs de sécurité de base chez Parkland, la priorité suivante est la qualité, suivie par le respect de l’échéancier et des coûts.

« Nous sommes prêts à sacrifier le coût pour respecter les trois priorités (sécurité, qualité et échéancier) en tout temps, a souligné M. Bruce. C’est l’une de nos valeurs de base, la capacité de procéder à des réfections mécaniques d’une manière sécuritaire et prévisible. Si nous pouvons le faire en sécurité et en assurant une haute qualité de travail sur le terrain, cela augure bien pour le calendrier et les coûts. »

« Les gens se souviennent des occasions où quelqu’un s’est blessé. Notre installation a une culture où l’absence d’incidents et de blessures nous tient fortement à cœur. Nous traitons notre site comme une grande famille, et c’est pourquoi nous prenons le temps d’apprendre à nous connaître afin de pouvoir entretenir des relations interpersonnelles sur le terrain. Lorsqu’on sait que notre collègue a deux enfants, dont l’un fréquente l’université, on est plus susceptible de se préoccuper de sa sécurité et de son bien-être, sachant combien il est important qu’il rentre à la maison à la fin de la journée. »

La raffinerie de Burnaby se préoccupe également de l’environnement. Apprenez comment elle purifie ses eaux usées et capte les vapeurs d’essence.
 
 
* Métallurgie : Étude scientifique des structures métalliques et de l’utilisation des métaux.
Publications récentes
sept. 19, 2019
Shell s’est engagée à réduire l’intensité de ses émissions et s’efforce en continu d’améliorer l’efficacité énergétique de ses installations. En 2015, Shell et ses partenaires ont inauguré le projet Quest de captage et de stockage du carbone (CSC) en Alberta, une initiative qui vise à réduire les effets du réchauffement climatique. Plus tôt cette année, le projet Quest a franchi une étape importante, marquée par l’annonce du captage et du stockage sécuritaire de quatre millions de tonnes de CO2, en avance sur le calendrier et à un coût moindre que prévu.
 
Dans le présent article, nous allons traiter du projet Quest et d’autres projets de CSC de Shell qui ont pour but de faire appel à une combinaison de technologies en vue de capter et de stocker le dioxyde de carbone à de grandes profondeurs afin d’en prévenir le rejet dans l’atmosphère.
 
Lors d’une récente entrevue, nous nous sommes entretenus avec Stephen Velthuizen, conseiller en relations extérieures, pour obtenir des nouvelles de Quest et en apprendre plus à propos des autres initiatives de Shell.
août 29, 2019
Cet été, pour la quatrième année consécutive, l’Association canadienne des carburants était l'un des fiers sponsors de EcoRun de l'Association des journalistes automobile du Canada (AJAC), qui se déroulait pour la première fois en Alberta.

L'événement annuel - auquel 19 journalistes de l'AJAC étaient en compétition pour remporter le maillot vert attribué au pilote le plus efficace - a débuté à Edmonton et s'est achevé à Calgary, sur le terrain légendaire de Stampede. Il comportait des escales à Red Deer, Drumheller, Longview, Canmore et Banff.

Les Archives