Un impact irréfutable

L’importance économique
stratégique du raffinage en Ontario

Stewart Dudley

Stewart Dudley est un rédacteur indépendant et un contributeur régulier des publications de l’Association canadienne des carburants.

Si l’on demande aux Canadiens de classer l’Ontario en tant que province où l’on raffine du pétrole, ils sont susceptibles de l’identifier comme un consommateur d’énergie plutôt que comme un producteur. Il est vrai que l’Ontario est le plus important marché pour les produits pétroliers raffinés (PPR) au Canada. La province est toutefois également responsable de plus de 20 pour cent de la capacité de raffinage nationale. Quatre raffineries en sont la clé : trois à Sarnia (L’Impériale, Shell et Suncor) et une à Nanticoke (L’Impériale). En fait, le raffinage de pétrole canadien a commencé en Ontario. Les premières raffineries du pays ont ouvert leurs portes à Petrolia, près de Sarnia, dans la décennie 1860-1870.

Si vous passez un peu de temps dans la région de Sarnia aujourd’hui, vous vous rendrez rapidement compte à quel point ses citoyens sont connectés au secteur du raffinage. Sarnia-Lambton est une petite collectivité très soudée d’à peine plus de 71 000 habitants. Pourtant, plus de 3 600 personnes travaillent dans ou avec le secteur du raffinage.

Mais qu’en est-il de la contribution de l’industrie du raffinage du pétrole à l’Ontario dans son ensemble? Quel est le véritable impact économique de cette industrie? En 2018, l’Association canadienne des carburants a retenu les services d’Aviseo Consulting pour le découvrir. Le rapport d’Aviseo présente un portrait de l’industrie du raffinage en Ontario, décrit les nombreux avantages des raffineries pour l’économie de la province et examine le rôle des raffineries dans l’industrie pétrochimique à Sarnia.[1]

 

Un investisseur majeur dans la province

Le secteur du raffinage du pétrole génère 4,8 milliards de dollars en valeur ajoutée chaque année et représente 0,6 % de l’ensemble de l’économie de l’Ontario. Les dépenses d’immobilisation de l’industrie sont considérables. Au cours des 10 dernières années, les raffineurs de l’Ontario ont investi près de 2 milliards de dollars en machinerie et en dépenses d’investissement pour l’équipement, la construction et l’ingénierie, des services environnementaux et des installations, un chiffre qu’on s’attend à voir passer à 2,4 milliards entre 2018 et 2027.

Les dépenses d’exploitation du secteur ont dépassé 1,5 milliard de dollars en 2017, sans compter les achats de pétrole brut qui constituent plus de 80 pour cent des dépenses des raffineries. Plus de 20 pour cent des dépenses d’exploitation vont aux ressources humaines et à la formation. Cela représente environ 320 millions de dollars consacrés aux salaires, aux rémunérations et à la formation pour les travailleurs de l’Ontario.

 

Une importante source d’emplois

À l’échelle de la province, le secteur est à l’origine de plus de 12 000 emplois directs, indirects et induits.[2] Près de 5 000 de ces emplois directs et indirects sont dans les régions où les usines sont situées. Pourtant, les bénéfices de l’emploi sont ressentis bien au-delà, plus de 6 000 emplois indirects se retrouvant ailleurs en Ontario.

Cela démontre l’incidence du secteur sur les emplois tertiaires, les entrepreneurs et les corps de métier. De fait, les raffineurs de l’Ontario comptent sur un réseau d’approvisionnement intégré qui inclut près de 1 600 entreprises, dont près de 1 000 sont établies en Ontario.

Fermeture hypothétique

L’étude d’Aviseo inclut un scénario dans lequel les quatre raffineries fermeraient leurs portes. Les répercussions pour l’Ontario seraient profondes : une perte permanente de plus de 2 000 emplois, 4 milliards de dollars en PIB et 800 millions en recettes fiscales pour le gouvernement. En outre, la perte de cette infrastructure énergétique critique aurait des conséquences pour la sécurité de l’approvisionnement en énergie de transport de l’Ontario et l’industrie pétrochimique qui lui est étroitement liée.

Résumé des répercussions économiques et des recettes fiscales de l’industrie du raffinage du Sud-Ouest de l’Ontario

Ontario, 2017; en nombre d’emplois équivalents temps plein

Tableau : Résumé des répercussions économiques et des recettes fiscales de l’industrie du raffinage du Sud-Ouest de l’Ontario

 

Assurer le flux des revenus fiscaux

L’industrie du raffinage procure également aux gouvernements de considérables bénéfices. Plus de 144 millions de dollars en recettes fiscales provenant de ce secteur ont gonflé les coffres de l’Ontario en 2017. La part du gouvernement fédéral s’est élevée à 156,4 millions. Les gouvernements encaissent près de 330 millions de dollars provenant de l’industrie du raffinage chaque année, y compris les revenus fiscaux induits.

Les municipalités de Sarnia et de Nanticoke perçoivent chaque année de l’industrie 4,2 millions de dollars en impôts fonciers. À Sarnia, ce revenu représente six pour cent du total de l’impôt foncier et 83,5 pour cent de tous les impôts industriels prélevés.

 

Renforcer la chaîne de valeur

Les raffineurs de l’Ontario fournissent aux industries en aval 550 millions de dollars en matières premières pétrochimiques. Les entreprises pétrochimiques du Canada sont fortement concentrées en Ontario et se classent parmi les plus importants producteurs de la province. Les fabricants de produits chimiques, en plastique et en caoutchouc représentent 3 800 entreprises ontariennes, emploient près de 80 000 personnes et représentent plus de 10 milliards de dollars du PIB de l’Ontario.

 

Soutien des collectivités

L’industrie du raffinage du pétrole de l’Ontario offre plus qu’un impact économique. Les raffineurs font d’importantes contributions sociales dans leurs rôles de membres des collectivités dans lesquelles elles mènent leurs activités et emploient des Ontariens. Ce lien communautaire inclut des rapports étroits avec le milieu universitaire, le soutien de recherches cruciales et le développement des profes­sionnels de l’industrie de demain. Par exemple, le secteur s’associe avec le Collège Lambton pour soutenir le programme coopératif de Production chimique et de Génie énergétique de l’établissement.

Suncor, l’Impériale et Shell financent également de nombreux organismes caritatifs. En 2017, ces compagnies ont investi 1,3 million de dollars pour soutenir diverses activités communautaires, y compris des événements sportifs et culturels, ainsi que des projets en santé, en éducation et en environnement.

À quel point l’industrie du raffinage de pétrole est-elle cruciale pour l’Ontario? N’oublions pas que cette industrie est la source d’énergie sur laquelle l’Ontario compte pour assurer le transport aérien, le transport personnel et le mouvement des biens et services sur lesquels nous comptons. Il n’est pas exagéré de dire que les raffineurs de pétrole de l’Ontario alimentent l’économie, créant un profond impact grâce à des contributions permanentes qui soutiennent et enrichissent des collectivités de partout dans la province. 

  1. Étude de l’impact économique des raffineries du sud-ouest de l’Ontario. Aviseo Conseil, Montréal, 2019.
  2. Les « emplois induits » sont créés par les dépenses dans la collectivité des travailleurs directement ou indirectement employés par le secteur du raffinage du pétrole.
  3. Les recettes fiscales incluent des revenus pour le gouvernement de l’Ontario, le gouvernement fédéral et les municipalités. Sources : CFA, Aviseo Conseil.