Opinions

par Canadian Fuels Association

Les carburants à faible intensité de carbone méritent une place à la table de la COP26

 |  Association canadienne des carburants, Avenir faible en carbone, Biocarburants, Carburants, Combustibles fossiles, Énergie, Enjeux, Environnement, Gaz à effet de serre, Politique

Les carburants à faible intensité de carbone sont un passage obligatoire pour la réduction des émissions liées aux transports et doivent faire partie des solutions discutées à Glasgow.

Avant la conférence de la COP26, la conversation était presque exclusivement axée sur les moyens d’accélérer l’élimination des véhicules à moteur à combustion interne (ICE) et des carburants qui les alimentent. Entre-temps, les producteurs de carburant ont travaillé dans l’ombre à l’élaboration de méthodes novatrices pour réduire sensiblement les émissions sans compromettre la capacité de déplacer les personnes et les marchandises de manière fiable dans le monde entier.

Cela est certainement le cas pour le secteur des carburants de transport du Canada. Au cours de la dernière année, les entreprises qui produisent et distribuent 95 % des carburants utilisés au Canada ont démontré leur engagement à faire partie de la solution en ce qui concerne notre avenir sobre en carbone. Ceci inclut de nouvelles installations et des initiatives à faible intensité de carbone susceptibles de réduire les émissions du secteur de 7 millions de tonnes par an, ce qui équivaut à retirer 3,5 millions de voitures de la circulation. Pour cela, un investissement de capitaux de plus de 5 milliards de dollars dans les nouvelles technologies et la création de quelque 8 000 emplois directs et indirects seront nécessaires.

Et cela n’est que le début. Le Canada possède un immense potentiel pour augmenter la production et l’utilisation de carburants à faible intensité de carbone. Nous savons qu’il est important pour les consommateurs canadiens d’atteindre la carboneutralité tout en maintenant la capacité du système de transport à fonctionner à plein régime. Les deux ingrédients clés de l’expansion des carburants à faible intensité de carbone sont l’expertise relative à la fabrication et à l’approvisionnement/la distribution ainsi que l’accès aux matières premières. Le Canada dispose des deux en abondance. Mettre à niveau des carburants à faible intensité de carbone éprouvés et fabriqués au Canada est la voie la plus abordable et la plus fiable pour nous aider à atteindre ces objectifs tout en créant des milliers d’emplois. Nous travaillons également avec les secteurs de l’agriculture et de la foresterie pour utiliser de nouvelles technologies, politiques et matières premières qui augmenteront la production de carburants à faible intensité de carbone au Canada.

Par ailleurs, l’innovation continue dans 16 raffineries du Canada où d’autres investissements dans le captage et le stockage du carbone, et le cotraitement du contenu biologique avec des matières premières traditionnelles ont le potentiel d’engendrer d’importantes réductions d’émissions.

Parallèlement, l’infrastructure de carburants existante du Canada est envoie d’être adaptée afin d’alimenter les systèmes et technologies énergétiques de transport émergents. Par exemple, les investissements dans des stations de recharge électrique et de ravitaillement en hydrogène permettent d’offrir aux consommateurs canadiens des options d’énergie de transport à certaines des 12 000 stations-service réparties dans tout le pays. Le Canada a la chance d’avoir déjà des ressources stratégiques en place qui favorisent la construction des systèmes énergétiques du futur et ces dernières contribueront à accélérer nos plans de réduction des émissions.

Il n’existe pas d’approche uniforme pour répondre aux besoins de transport et aux attentes de 36 millions de canadiens répartis sur un territoire de 10 000 kilomètres carrés où les températures, la géographie, l’infrastructure et les modes de vie varient considérablement.  Ce dont le Canada a besoin c’est d’une stratégie nationale de transport où tous les gouvernements et les partenaires œuvrent à l’élaboration de solutions applicables à l’ensemble du système qui tiennent compte de toutes les applications et alternatives.  Telle est la voie à suivre pour atteindre nos objectifs climatiques tout en assurant une économie solide et résiliente.

Nous recherchons également de bonnes idées au-delà de nos frontières. Le Canada collabore avec des partenaires internationaux afin d’identifier les meilleures pratiques pour le secteur des transports dans d’autres pays. Nous savons, par le biais d’autres administrations, que le gouvernement a un rôle à jouer et les politiques comme la règlementation et les incitations financières peuvent également accélérer l’adoption de carburants à faible intensité de carbone.

Les investissements dans le secteur des carburants de transport contribuent déjà à bâtir un avenir sobre en carbone plus respectueux de l’environnement sans compromettre la capacité de déplacement des personnes et des marchandises. Un avenir où le Canada sera un chef de file dans l’élaboration de choix énergétiques propres en matière de transport. Un avenir où ces choix incluent des carburants à faible intensité de carbone fiables et abordables.

Les producteurs de carburant à faible intensité de carbone du monde entier, en particulier ceux qui sont implantés au Canada, ont démontré leur capacité à affronter les défis en matière de réduction des émissions. Ils continueront à œuvrer sereinement pour tirer parti de l’innovation et jouer un rôle important dans une économie sobre en carbone pour les générations à venir.

Si les carburants à faible intensité de carbone n’ont peut-être pas été au cœur des débats à Glasgow, la COP 27 en Égypte arrive à grands pas.

Restez à l’écoute pour en savoir plus.

Bob Larocque est président et chef de la direction de l’Association canadienne des carburants.

@bob_larocque

Télécharger les ressources

Restez informé en recevant les dernières publications et rapports détaillés sur l’industrie des carburants.

Suivez-nous

Retrouvez-nous sur nos canaux de réseaux sociaux pour continuer la conversation.

S’abonner à notre liste de diffusion