Le voyage continue

Mon père était dans l’Armée de l’air canadienne. Nous étions donc toujours en train de déménager. J’ai quitté les Maritimes pour le Québec, l’Ontario et la Californie, pour finalement retourner en Nouvelle Écosse avant d’atterrir à Cold Lake, en Alberta. Le tout avant d’atteindre 18 ans. Je trouvais ça très excitant et ça faisait partie de ma vie.

Kris Smith est vice-président exécutif, Raffinage et marketing, chez Suncor, et président de l’Association canadienne des carburants.

Toute notre famille se déplaçait en voiture. Les premières années, c’était dans la Chevy Vega familiale bleue de mes parents. Nous partions sur la route même pendant nos vacances, souvent avec notre tente-roulotte. Le voyage qui m’a le plus marqué est la première fois où nous avons installé notre tente-roulotte dans les Rocheuses. Le petit garçon de l’Est du pays que j’étais fut ébloui par les montagnes.

Je réalise aujourd’hui que toutes ces virées sur les routes canadiennes m’ont permis d’apprécier l’incroyable diversité de notre pays. Des bords de mer pittoresques de la côte Est à la culture québécoise, en passant par les lacs et forêts de l’Ontario, l’immensité des Prairies et la majesté des montagnes de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Je vivais encore en Alberta lorsque j’ai été accepté à l’École de droit de l’Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle Écosse. Pendant trois ans, ma femme et moi avons fait la route entre l’Alberta à la Nouvelle Écosse à chaque début et fin d’année universitaire, dans notre vieille Nissan Sentra. Nous changions de trajet chaque fois. Pas en totalité, mais juste assez pour que le parcours soit intéressant et que nous puissions découvrir le plus possible notre pays.
 

Une nation en mouvement

Ces longs voyages ont nourri mon amour pour ce pays. J’y ai découvert l’importance de prendre les routes d’assaut et de voir du pays. De rencontrer des gens. D’apprendre les secrets de sa géographie. De ressentir pleinement les transitions en douceur d’une région à l’autre, sans frontière ni division. Cela m’a aussi permis de comprendre le rôle vital des routes dans la mobilité et l’unité de notre pays et, par extension, celui des carburants sans lesquels cette mobilité serait impossible.

Alors que nous nous préparons à célébrer le 150e anniversaire du Canada, notre nation est plus que jamais en mouvement. Elle voyage, échange, apprend et grandit culturellement, socialement et économiquement. Les carburants ayant rendu ces changements possibles sont eux aussi en pleine transformation. L’essence que j’achète aujourd’hui performe drôlement plus que le carburant qui faisait avancer la Chevy de mon père, pas de doute là-dessus. Sans oublier son empreinte écologique réduite et l’ajout de carburants renouvelables à sa composition.

Et c’est loin d’être terminé! Les carburants à base de pétrole continueront à faire partie du paysage canadien et à évoluer au même rythme que la nation qu’ils contribuent à faire avancer.